Sauvons les abeilles !

07 août 2020

Sauvons les abeilles !

(4 min de lecture)

Agentis parraine la ruche de chez Clément sur le Rucher du Porteau à Poitiers ! En voici des nouvelles : 

"Chers parrains,

Seulement quelques mois nous séparent de notre dernière correspondance d’avant saison, et pourtant, celle-ci touche déjà à sa fin.

La sortie de l’hiver s’est passée aussi bien qu’espérée lors de mon dernier message.
Nous avons eu un printemps extraordinairement beau et chaud.

Alors que beaucoup de confinés profitaient du soleil dans leur jardin, sur leur balcon ou devant leur fenêtre, chaque ruche s’affairait à récolter des kilos et des kilos de nectar.
Les appels pour cueillir des essaims pleuvaient et la récolte de miel de printemps fut précoce et abondante.

Malheureusement, cet épisode a été suivi de quelques jours d’orages et de vents violents qui se sont abattus sur les si fragiles fleurs d’acacia, privant nos butineuses de cette miellé.
Les abeilles n’ont guère eu plus de chance sur la floraison du châtaignier, avec seulement quelques jours de butinage, après une bonne semaine de pluie.
Triste saison pour nos si bon miel mono floraux.

Malgré tout, nous pouvons nous réjouir : les colonies se sont très bien comportées et ont été belle et forte sur l’ensemble de la saison, nous offrant un délicat miel de fleurs.
Nous sommes actuellement début aout, il va être temps de faire la dernière récolte : la récolte du miel d’été.
Visiblement nous finirons par une moyenne… moins abondante que la miellé de printemps mais plus généreuse que les précédentes.

C’est désormais une nouvelle bataille qui a lieu sur cette fin de saison : la lutte contre varroa destructor (acarien parasite de l’abeille) à son apogée à cette période de l’année.
Il se nourrit de l’hémolymphe des abeilles et celles de leurs larves. Si seulement il n’y avait que varroa… Nous devons maintenant également lutter contre Vespa velutina (le frelon asiatique), qui est chaque jour de plus en plus présent devant les ruches.
A cette période de l’année, les nids de frelons sont très gros et ils continuent de grossir. Les frelons ont un énorme besoin de protéines pour nourrir leurs larves de plus en plus nombreuses.
Quoi de plus facile que de se poster à l’entrée des ruches pour prélever les protéines nécessaires : nos chères abeilles.
Il n’est pas rare de voir jusqu’à 4 frelons devant une ruche et la prédation ne va faire qu’augmenter jusqu’à l’hiver.
Chaque année le même drame se reproduit.
Je multiplie les tests pour débarrasser les ruchers de ce prédateur et, plus le temps passe, plus je me sens impuissant.

Quoiqu'il en soit, je sais que le métier d'apiculteur n'est pas simple et que certains moments sont plus durs que d'autres. Mais la passion qui m'anime me permet de rester combatif et positif ! il y aura des jours meilleurs !
Aujourd’hui un seul objectif : permettre aux colonies de se préparer à l’hiver.

Au plaisir,

Clément "